Formé de "ros" : «tertre» ou «promontoire», «éperon», comme dans Rostu auquel s’ajoute le suffixe -ec ou (moderne -eg) qui en indique l’importance. Le Rosais est le site le plus haut de ce secteur côtier. Mais que cache la hauteur ? Peut-être une roselière (roseg). la question mérite, pour G. Buron d’être posée!
Le Rosais ne comptait en 1841 que six habitants répartis en deux ménages dont les chefs étaient l’un, Syndic des gens de mer et l’autre, Maître au cabotage, l’un deux occupait la maison rose baptisée «Le Rosais».