Des Noms et des Hommes

07 décembre 2016

Piriac : Rue du Fort Baron

 

Ce nom reste une énigme de l'histoire de Piriac pour l'Abbé Letertre lui-même.Il avait bâti une hypothèse valable : "cette dénomination aurait pu être une ironie à l'usage du Pasteur Baron, un des personnages marquants de la lutte entre catholiques et protestants aux XVIe et XVIIe sièclesk, à Piriac. Né à Piriac même, il fut envoyé à Genève pour y faire sa théologie puis revint exercer son ministère au pays natal et au Croisic ; cela lui semblait plus logique que l'emplacement d'un quelconque fort militaire".

"Mais un beau jour, en feuilletant les registres de baptèmes, mariages et sépultures il tomba sur une indication de choix : Un Sieur du Fort Baron, Jean Rodic, fut parrain  à Piriac en 1664"

Sa première hypothèse s'écroulait, le culte protestant ayant cessé depuis plus de 30 ans!... La recherche historique est pleine d'embuches.

ref : Emile Leterte dans une revue de Pen Kiriac

 

chalets fort Baron

Aujourd'hui y logent la capitainerie et l'école de voile :

capitainerie Fort Baron

Posté par penestinpiriac à 10:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 décembre 2016

Piriac : rue du papegault

 

Cette rue se trouve à l'entrée de Kerdinio.

Les papegaults étaient des exercices de tir à l'arc et à l'arbalète, qui avaient pour but de former les hommes de troupe. C'etait en même temps un divertissement qui suscitait parmi le peuple une grande stimulation à cause des réjouissances auxquelles ils donnaient lieu et des privilèges accordés aux " rois des papegaults" roi des arbalétriers et roi des archers c'est-à-dire à l'abatteur dans chacun de ces corps, de "l'oiseau" placé au haut d'un mât, formant cible.

L'institution du papegault fut consacrée à Guérande par des lettres du Duc François II de 1483, confirmées en 1489, 1493,et 1598. A l'origine l'abatteur de l'oiseau était exempt de " toutes tailles, emprunts, aides et autres subventions personnelles" ( archives de la Loire-Inférieure, Turnus Brutus, II, 412) et jouissait de la liberté de vendre " sous un seul brandon tout autant de vin de l'un des pays de Bretagne qu'il le pourra dans l'an de sa royauté" En 1485 ce débit en franchise fut réduit à 6 pipes de vins étrangers pour le roi des arbaletriers, à 4 pipes pour le roi des archers et, pour chacun, à 12 pipes de vin du pays. La double royauté des archers et des arbalétriers fut ramenée à son tour à une seule au début du XVIe siècle, celle de l'arquebuse ou du fusil.Puis à la suite de contestationssurvenues vers 1740 entre les fermiers des devoirs et le roi du papegault, la vent du vin en franchise dont jouissait celui-ci fut réglée par un arrêt de la cour de Guérande, et convertie en une somme fixée à 60 livres par an, payée par kes fermiers des devoirs. De fait le privilège du roi du papegault fut aboli en 1761, les fermiers des devoirs ayant refusé à partir de cette date, de payer cette charge.

La royauté du papegault durait une année et les exercices avaient lieu primitivement dans l'endroit qui fut appel& rue de l'arbalétrie.

Le Croisic et Piriac possedaient également leur papegault ; à Piriac cette institurion ne date que du mois de juin 1556 et fut confirmée par Loui XIV.

Les papegaults furent supprimés en Bretagne par un arrêt du conseil du Roi du 7 mai 1770 zt les sommes attribuées à l'abatteur, réunies aux hôpitaux pour l'entretien des enfants trouvés.

 

ref : note de M. Georges Garnier

Papegault 2

 

 

 

 

Posté par penestinpiriac à 19:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Piriac : rue du calvaire

C’est le nom de la rue qui méne, qui monte, vers le vieux cimétière où un christ domine l’entrée.

En 1951 a eu lieu un moment émouvant : un jubilé pour remettre en croix le Christ dont la croix était à changer.

En voici deux photos :

christ jubilé 1951

 

montée du christ 3 001

Posté par penestinpiriac à 17:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Piriac: rue de Grenouillet

 

rue de grenouillet vers 1900 001

 

ref Pen Kiriak : "

"A l'origine, il y avait dans les environs une mare dans laquelle les grenouilles organisait leur concert, d'où le nom de cette rue. Nous pouvons y admirer les murs et les ouvertures le long de la rue de Grenouillet, appartenant à la maison qui fait l'angle de la rue de Grenouillet et de la rue Alphonse Daudet, qui appartenait au XVIIème à un couvent de religieuse, avant d'être transformé fin XIXème en un joli manoir équipé d'une tour ronde."

 

castel fleuri pension de famille

 

 

 

 

Posté par penestinpiriac à 17:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Piriac : rue de l 'échapée et Castel Rado

La rue neuve n’existant pas encore, Castel Rado communiquait avec le bourg que par une «  échappée » c"est la seule explication plausible que nous ayons.

le Castel Rado (1626), situé au n° 2 rue Neuve. Propriété au XVIIème siècle du chevalier Rado du Matz ; vieille noblesse bretonne.

, la mansarde du Castel Rado situé du côté de la petit ruelle est surmontéé d'un saumon et  d'une équerre emblème d'une loge maçonnique car dès 1774, une loge "La parfaite Fraternité" existait au Croisic Jean Rado de Launay en était membre. 

castel rado photo 1

 

 Michel Garnier précise :  Cette demeure était la résidence de la famille Rado du Matz de Saint-Guédas, issue de Caden dans le Morbihan. Par les femmes d'origine piriacaise, elle était apparentée aux Eudo de Keroman dont le représentant le plus connu pour avoir participé au financement final de la jetée ( le mole) fut Jean Antoine, gendarme de la garde du roi, décédé en 1787.

Posté par penestinpiriac à 16:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]