Sur les conseils de Daudet, Emile Zola vint à Piriac dans «  un trou perdu  au bout du monde », fuyant la polémique crée par la sortie de GERMINAL.

Plutôt gourmand et même gourmet, il ne se priva pas de faire une cure de coquillages, découvrant des bancs d’oursins, de clovisses et d’arapèdes ( berniques), autant de plaisirs lui rappelant sa Provence.

L’éditeur Georges Charpentier, qui l’accompagnait, évoque «  ce nerveux les doigts si tremblants de bonheur quand il avait des palourdes à déjeuner, qu’il ne pouvait tout d’abord les manger ».

 

Lieu de séjour de ZOLA : CASTEL MARIE, place de l’église

Depuis ses fenêtres de la maison du docteur Herr, il pouvait contempler l’église sur le port, entourée des croix du cimétière, clos de murs bas, servant de terrain de jeux aux chats et aux enfants.

 

castel ker hermine

Lui et sa troupe sont émerveillés par la côte sauvage, ils pêchent la crevette, se baignent.. les « vaches rousses » sont le meilleur endroit pour les homards, aux deux grandes marées de l’équinox. Euphorique il écirt à Paul Alexis que c’est «  une fête, une belle vie qu’il faudrait mener quatre mois pour bien se porter ».

Ilrédige une nouvelle, les Coquillages de Mr Chabre. L’histoire raconte une idylle se passant dans la grotte à Madame à marée montante.

 

220px-ZOLA_1902B